Portail des Humanités Environnementales

Nos axes de recherche Cliquez sur une axe pour afficher sa présentation

1
Histoire environnementale
2
Philosophie et éthique environnementales
3
Sociologie de l'environnement
4
Écologie politique
5
Écocritique
6
Anthropologie de l'environnement
7
Théorie politique environnementale
8
Esthétiques environnementales

Sociologie de l'environnement

La sociologie environnementale s’intéresse à l’inscription de la réalité sociale dans le monde physique et, plus particulièrement, aux valeurs et aux comportements sociaux relatifs à l’environnement. Les sociologues tardèrent à définir une telle approche. En effet, le paradigme de l’autonomie du social rendait inconsistante toute étude sociologique de l’environnement, celui-ci désignant par définition le monde non-humain entourant les humains. En 1978, les travaux de Riley Dunlap et de William Catton ouvrent la voie. Ces derniers proposent de rendre compte de l’inscription de l’homme et de la société dans un monde biophysique et, alors, certains sociologues s’efforcent de décrypter les changements sociaux impactés par la nature et impactant la nature.
    Á la fin des années quatre-vingt-dix, par l’étude des conséquences sociales des phénomènes écologiques comme par l’analyse de l’organisation des sciences de la nature, l’interdisciplinarité et l’élargissement des objets ancrent l’environnement dans la discipline. L’hétérogénéité des approches peine en revanche à affirmer la spécificité heuristique de l’objet et du traitement qu’il convient d’en faire. Aujourd’hui, l’obstacle semble durablement franchi. Par l’étude des mouvements sociaux environnementaux, des politiques environnementales, des nouvelles formes de participation collective et des attitudes et pratiques afférentes à l’environnement, d’une part la sociologie environnementale s’affirme comme le domaine par lequel étudier l’influence de la nature sur la société et l’influence des sociétés sur la nature, d’autre part les sociologues font de l’environnement un objet socionaturel par lequel renouveler la compréhension sociale des réalités humaines et non-humaines en se focalisant non plus sur l’autonomie du social mais, au contraire, sur l’interaction de ces réalités tout à la fois biologiques et sociales.
Un article vous permet d'en savoir plus ici :