Portail des Humanités Environnementales

Mentions légales

Portail des humanités environnementales

Responsable de la publication : Grégory Quenet
Secrétaire de rédaction : Guillaume Blanc
Hébergeur : OVH

Propriété intellectuelle

Le ministère de l'Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie (MEDDE), le Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN) et l'Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) n'ont aucun droit de propriété sur le Portail des humanités environnementales, plate-forme web à but non lucratif. 
Le Portail des humanités environnementales est une œuvre de création. Selon l’article L121-1 al.2 du Code de la Propriété Intellectuelle, les contenus originaux publiés sur le site relèvent de la propriété exclusive de ceux qui les ont créés.
La mise en place de liens hypertextes vers des sites web tiers est soumise à l’autorisation tacite des auteurs de ces derniers, lesquels peuvent en demander le retrait à tout moment.
Les textes publiés dans ce site et les images peuvent être imprimés, copiés, téléchargés et diffusés sans autorisation ni limitation, reproduits et diffusés par quelque moyen que ce soit pour une utilisation à titre privé ou éducatif/pédagogique sous réserve du respect des trois conditions suivantes :
Ou
Toute reproduction, utilisation ou représentation, intégrale ou partielle, des pages écrans, des données et de façon générale de tout élément constitutif du site http://humanitesenvironnementales.fr/, par quelque procédé et sur quelque support que ce soit, est strictement interdite et constitue, sans autorisation écrite et préalable des propriétaires du site, un délit de contrefaçon.
Cette autorisation doit respecter les trois conditions suivantes :
- Gratuité de la diffusion ;
- Respect de l’intégrité des documents reproduits : pas de modification ni altération d’aucune sorte ;
 - Citation claire, lisible et explicite de la source, des auteurs, du Portail, ainsi que l'adresse URL du site.
Toute reproduction à des fins commerciales, publiques ou éditoriales est strictement interdite.
La violation de l’un de ces droits d’exploitation est un délit de contrefaçon passible de poursuite et sanctionné par les articles L.335-2 et suivants du code la propriété intellectuelle et engage à ce titre, la responsabilité civile et pénale de son auteur.
Informations / RéféréncesRéférences légales : 
Art L.335-2 du Code de la Propriété Intellectuelle
(Loi nº 94-102 du 5 février 1994 art. 1 Journal Officiel du 8 février 1994)
(Loi nº 98-536 du 1 juillet 1998 art. 4 Journal Officiel du 2 juillet 1998)
(Ordonnance nº 2000-916 du 19 septembre 2000 art. 3 Journal Officiel du 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002)
Toute édition d'écrits, de composition musicale, de dessin, de peinture ou de toute autre production, imprimée ou gravée en entier ou en partie, au mépris des lois et règlements relatifs à la propriété des auteurs, est une contrefaçon ; et toute contrefaçon est un délit. La contrefaçon en France d'ouvrages publiés en France ou à l'étranger est punie de deux ans d'emprisonnement et de 150 000 euros d'amende . Seront punis des mêmes peines le débit, l'exportation et l'importation des ouvrages contrefaits. 
Art L.335-3 du Code de la Propriété Intellectuelle
(Loi nº 94-361 du 10 mai 1994 art. 8 Journal Officiel du 11 mai 1994)
(Loi nº 98-536 du 1 juillet 1998 art. 4 Journal Officiel du 2 juillet 1998)
Est également un délit de contrefaçon toute reproduction, représentation ou diffusion, par quelque moyen que ce soit, d'une œuvre de l'esprit en violation des droits de l'auteur, tels qu'ils sont définis et réglementés par la loi. Est également un délit de contrefaçon la violation de l'un des droits de l'auteur d'un logiciel définis à l'article L. 122-6.
Les utilisateurs du site web sont tenus de respecter les dispositions de la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, dont la violation est passible de sanctions pénales. Ils doivent notamment s'abstenir, s'agissant d'informations nominatives auxquelles ils accèdent, de toute collecte, de toute utilisation détournée et d'une manière générale, de tout acte susceptible de porter atteinte à la vie privée ou à la réputation des personnes.
Réclamation
Toute personne nommée ou désignée au public dans un service de communication en ligne dispose d’un droit de réponse, sans préjudice des demandes de correction ou de suppression du message qu’elle peut adresser au service. 
La demande d’exercice du droit de réponse est adressée au responsable éditorial au plus tard dans un délais de trois mois à compter de la mise à disposition du public du message justifiant cette demande.
Le responsable de la publication du Portail est tenu d’insérer, dans les trois jours de leur réception, les réponses de toute personne nommée ou désignée dans le service de communication au public en ligne sous peine d’une amende de 3 750 EUR, sans préjudice des autres peines et dommages-intérêts auxquels l’article pourrait donner lieu.