Portail des Humanités Environnementales

Vulnérabilités 27 novembre 2014

Cycle de séminaires sur la construction de la question environnementale.

2ème séance. Vulnérabilités.

Vulnérabilités
Argumentaire

La gestion de l’environnement et des ressources naturelles
constitue un champ de recherche assez jeune dans le domaine des
sciences humaines et sociales, au regard de l’histoire des
différentes disciplines. C’est essentiellement au cours des années
1960 et 1970 que se sont autonomisés, au sein de ces disciplines,
des courants spécifiques interrogeant le rapport à l’environnement
(sociologie de l’environnement, économie de l’environnement,
géoenvironnement, histoire de l’environnement, etc.). Cette prise
en charge progressive s’est construite aux marges des disciplines
et a souvent emprunté des chemins faisant la part belle aux
approches interdisciplinaires. Elle a aussi conduit à
progressivement mobiliser une large gamme d’objets (enjeux,
concepts, outils, valeurs, méthodes) que nous souhaitons
interroger dans le cadre du présent cycle de séminaires. Plus
précisément, l’objectif de ce cycle de séminaires est de
confronter la manière dont un certain nombre de courants
interdisciplinaires qui se sont structurés en sciences humaines et
sociales autour des problématiques environnementales, abordent une
série d’objets qui sont aujourd’hui devenus des éléments
récurrents du discours sur les problématiques environnementales.
Plutôt que d’envisager ces objets, dans la perspective d’une
épistémologie constructiviste, comme étant des éléments d’un
discours ordonné, nous souhaitons interroger les différents objets
qui seront discutés lors des séances du séminaire, comme des
points de focalisation des discours sur l’environnement ouvrant
des débats et justifiant à la fois des bifurcations
épistémologiques entre les différents courants analysés, mais
également des rapprochements potentiellement féconds. En un sens,
c’est donc à une déconstruction des objets que nous souhaitons
parvenir, afin de comprendre comment ces objets s’articulent aux
discours des courants qui traitent de l’environnement en SHS,
quels enjeux ils posent, quels débats ils cristallisent, ce qu’ils
permettent de penser, mais également ce qu’ils peuvent empêcher de
considérer.


Séance 2 (Bruxelles, CEDD, IGEAT, Jeudi 27 Novembre 2014) : Vulnérabilité

14h-17h

Le terme de vulnérabilité, que l'on peut qualifier de notion-phare
dans les années 2000, est entré dans le vocabulaire des chercheurs
et des décideurs publics, et est devenu incontournable dès lors
qu'il fait référence aux populations, aux économies ou aux
territoires. Les grands enjeux environnementaux (changement
climatique) et les enjeux de société (pauvreté, crises, etc.) du
XXI siècle sous-tendent de façon plus ou moins explicite la
référence à la vulnérabilité. Cette multiplicité de sens est pour
les chercheurs en sciences sociales une difficulté et une
opportunité. L'objet de la séance consacrée aux vulnérabilités est
alors d'explorer les transversalités, de croiser les regards et
combiner les apports de différentes disciplines pour enrichir la
connaissance sur l'objet d'études complexe qu'est la
vulnérabilité.

    Vincent Geronimi (CEMOTEV, Univesrité de Versailles-Saint-
Quentin-en-Yvelines), « Enjeux théoriques et appliqués de
l'approche par les vulnérabilités pour l'analyse du développement
soutenable »
    Romain Weikmans (CEDD, IGEAT, Univ. Libre de Bruxelles), « Le
concept de vulnérabilité et l'évolution de la compréhension du
problème du changement climatique ».
Discutants : Caroline Rufin-Soler (TVES, Univ. Littoral Côte
d’Opale) et Bruno Boidin (CLERSE, Univ. Lille1).


Publié ici : http://calenda.org/300979

(Signalé par Iratxe Calvo-Mendieta)