Portail des Humanités Environnementales

Les agriculteurs de firmes - 2 1 juin 2013

Revue Etudes rurales n°191, Les agriculteurs de firmes - 2. Délocalisation et évictions.

 Les agriculteurs de firmes - 2
L’enquête sur les nouvelles formes de la production agricole dans le monde initiée par Études rurales se poursuit. Ce numéro met cette fois l’accent sur les effets de ces transformations dans les espaces agraires ou ruraux concernés. Des territoires agricoles et sans ruralité ?
Que se passe-t-il dans les territoires quand l’agriculture est pilotée par des entrepreneurs largement étrangers au monde rural et agricole? Quand elle obéit à des règles qui sont autant financières et spéculatives qu’agronomiques et sociales? Quand le découplage entre le centre de décision et le territoire d’application devient systématique? Quand on fait porter aux espaces ruraux des uns les espoirs des autres?
À travers des enquêtes situées en Europe, en Amérique latine, en Afrique et en Asie, les articles scrutent ces changements à diverses échelles et tentent de comprendre et d’anticiper les évolutions perceptibles. Ainsi il est des régions ciblées dans lesquelles les espaces laissés aux habitants ne sont plus que des espaces interstitiels. Il en est d’autres où les transformations en cours provoquent des dynamiques complètement imprévues (ex. au Mali). En Amérique latine, ce sont des territoires agricoles à peu près vides de villages, des territoires de la firme et d’elle seule.
À l’encontre de l’idée selon laquelle les espaces s’aplatiraient, c’est-à-dire deviendraient équivalents, tous dotés des mêmes potentiels parce que réunis dans le village planétaire, ce dossier met en avant les nouvelles frontières, des enclaves et des exclaves, des isolats et des formes d’exterritorialisation qui dessinent la carte d’un monde en relief, celui des inégalités.    
Publié ici : http://www.editions.ehess.fr/revues/numero/agricultures-de-firme-2-delocalisation-et-evictions/


Actualité précédente : L’écologie des autres
Actualité suivante : Biology meets anthropology