Portail des Humanités Environnementales

Appel à candidature « Études environnementales et sciences sociales : Temporalités, matérialités, sources et enquêtes. » 14 juin 2017

Atelier doctoral interdisciplinaire, Rome, École française de Rome, 24-27 octobre 2017

Appel à candidature « Études environnementales et sciences sociales : Temporalités, matérialités, sources et enquêtes. »


[Actualisation au 14/06]
La date limite de dépôt de candidature a été repoussée au 20 Juin 2017




Les études environnementales ont connu dans la dernière décennie, une croissance qui les situe aujourd’hui au cœur de nombreux débats en sciences sociales : l’hypothèse de l’entrée de la terre dans une nouvelle ère géologique – l’Anthropocène – en raison du rôle joué par l’humanité comme force écologique inédite est sans doute celle qui suscite le plus de discussions. Le défi posé par une telle proposition est celui de trouver un cadre nouveau dans lequel penser ensemble l’évolution des sociétés et des matérialités : il engage de nouvelles formes d’écriture de l’histoire, qui invitent à dépasser la rupture entre « histoire naturelle » et « histoire humaine », que la modernité occidentale aurait consommée. Comment entendre aujourd’hui cet appel à renouveler les manières de faire et d’écrire l’histoire ? De quel type de dispositifs intellectuels situés dans le temps « l’histoire naturelle » est-elle née, sur quels terrains, à partir de quelles sources et pour répondre à quelles questions ? Comment s’est engagé, depuis cette matrice, le grand partage entre nature et culture ? Dans quelle mesure l’histoire environnementale permet-elle de le dépasser ? Comment prend-elle en compte la diversité des archives nécessaire à ses ambitions et comment peut-elle mettre en œuvre des formes d’interdisciplinarité avec les sciences de la nature et de la terre ?

L’atelier doctoral est l’occasion de reconsidérer la pluralité des modes de développement des études environnementales, qui se sont déployées à partir d’ancrage disciplinaires variés (environmental history, géohistoire, science studies, géographie historique, political ecology, sociologie, archéologie environnementale, anthropologie…). Il entend ainsi mettre en perspective et créer des espaces de dialogue entre des traditions historiographiques différentes qui se sont souvent ignorées. Il permettra notamment d’éclairer, à l’échelle européenne, le rôle précurseur joué par l’Italie qui, dès la fin des années 1980, lisait les propositions de l’histoire environnementaliste venant des États-Unis en développant un point de vue critique – notamment en termes de production et d’usage des sources – et développait un dialogue original avec l’ecological history britannique et la géographie historique.

Parmi les thèmes qui seront au cœur de ces rencontres, on retiendra : « Historiographies et écriture de l’histoire à l’épreuve de l’Anthropocène » ; « Échelle globale et environnements situés » ; « Les archives de la terre : traces, paysages et collections » ; « Matérialités et rapports à la terre ».

En mettant l’accent sur l’enquête et les sources, l’ambition de cet atelier doctoral est d’interroger la texture historique et sociale des sociétés dans leur environnement.

L’atelier est ouvert aux doctorants et étudiants à partir du M2 de toutes disciplines et de toutes nationalités. Des cours magistraux le matin seront suivis d’ateliers centrés sur la présentation des travaux des étudiants l’après-midi. Les cours et interventions pourront se dérouler en français, en italien ou en anglais.

Les candidatures doivent être envoyées à l’adresse suivante avant le 5 juin 2017

Informations supplémentaires sur le site de l'École Française de Rome